Betula pubescens

Nederlands : Berk
English : Birch
Noms vernaculaires : Bouleau, Bouleau blanc, Arbre de la sagesse, Bouleau pubescent, Bouleau à canot, Arbre néphrétique, Sceptre des maîtres d'école.


Description

Cet arbre caduc majestueux de la famille des betulaceae fleurit d'avril à mai. Le bouleau est très connu pour son écorce blanche, lisse et brillante, ses petites feuilles colorés de teintes vertes claires au printemps et jaune à l’automne. Le port du branchage est souvent dressé et relativement aéré, filtrant la lumière en été. Le bouleau est donc considéré comme un bel arbre d'ornement et ses caractéristiques lui permettent de s'adapter à tous les types de jardin. Ses fruits sont des cônes allongés de 10 cm de longueur, dressés puis pendants pour le mâle et de 3 cm dressés pour la femelle. Cet arbre à l'écorce blanche écaillée peut atteindre 20 à 30 m de hauteur et jusqu'à 60 cm de diamètre à la base. Les racines des bouleaux sont peu profondes. On attribue à sa sève, ainsi qu'à son écorce, de nombreuses propriétés médicinales et autres.

 

Répartition et habitat

Les bouleaux poussent en général sur les terres pauvres et souvent siliceuses, jusqu'à 2 000 m d'altitude, ainsi que dans les régions arctiques. Les bouleaux sont des plantes pionnières qui constituent souvent la première formation arborée lors de la reconquête ou de la colonisation de landes par la forêt. Ils apprécient les sols plutôt acides et humides. Les bouleaux forment des futaies appelées boulaies ou boulinières ou encore des bétulaies.

 

Histoire
 

Ötzi, l'homme du paléolithique moyen mort entre 3359 et 3105 av. J.-C., retrouvé sur un glacier entre l'Autriche et l'Italie en 1991, détenait des flèches dont la pointe de silex était solidement fixée notamment à l'aide de « goudron de Norvège », poix bitumineuse de bouleau. Auparavant en 1960, des traces de fabrication datant de 43.800 ± 2.100 BP et 48.400 ± 3.700 BP ont été retrouvées en Allemagne à Königsaue près de Aschersleben, Saxe-Anhalt, Allemagne, ce qui en fait la plus ancienne colle fabriquée par l'homme.
Ce même bitume de bouleau sert à colmater les embarcations autant que jadis les coques des navires. Enfin, sur les sites mésolithique (10.000 - 5.500 av. JC.) de Star Carr, Royaume-Uni ou encore néolithique (5.500 - 2.000 av JC) de Altscherbitz, Saxe, Allemagne, de la poix de bouleau ont également été retrouvée, portant des traces de morsure de dent humaines, sans qu'il n'ait pu toutefois être déterminé à quelle fin (technique ou dentaire)

 

Divers

Le terme bouleau procède de l'ancien pluriel du mot boulel (jadis un boulel, des bouleaux). L'ancien français boulel est le diminutif de l'ancien français boul (cf. un boulay ou une boulaie, « bois, forêt où le bouleau domine »). Le terme boul est issu du latin betula d'origine probablement celtique (gaulois), sur la base de *betuo-, thématisation de *betu-, dont est issu le nom brittonique du même arbre : breton bezv, gallois bedw et vieil irlandais beithe « bouleau ». *betu- pourrait désigner à l'origine en celtique, la poix obtenue en chauffant de jeunes arbres pleins de sève et équivalent du latin bitumen.

Le catalan et l'occitan ont bez « bouleau », l'espagnol biezo « bouleau ». La toponymie du sud de la France compte de nombreux Besse, Bessières qui signifient tous « bois de bouleaux, boulaie »