Heracleum Mantegazzianum

Nederlands : Reuzenberenklauw
English : Giant hogweed
Noms vernaculaires : Berce géante.

Suite aux demandes insistantes d'instances supracommunales et malgré l'aspect didactique qu'il pouvait représenter, l'unique exemplaire de Berce du Caucase a du être erradiqué du sentier comestible.


Description

La berce du Caucase peut atteindre quatre à cinq mètres de hauteur. Ses feuilles peuvent atteindre 3 mètres, et sa tige, teintée de pourpre, un diamètre de 10 centimètres. Elle est surmontée par une inflorescence en ombelle d'environ cinquante centimètres de diamètre.

Plante de marais, elle se plaît en terrain humide, notamment le long des cours d'eau. Elle revêt de nombreux aspects d'hémérochorie.
Les plantes hémérochores ou leurs semences peuvent avoir été transportées volontairement (introduction) ou involontairement (entraînement) par l'homme dans un territoire qu'elles n'auraient pas pu coloniser par leurs propres mécanismes naturels de dissémination.

La sève de la berce du Caucase contient des toxines qui sont activées par la lumière (rayons ultraviolets naturels ou artificiels). Le contact avec la sève de cette plante, combiné avec l’exposition à la lumière, cause de la douleur et des lésions à la peau semblables à des brûlures.

 

Histoire
 

Elle a été "découverte" en 1880 dans la vallée de Klioutsch (Caucase) par les botanistes Émile Levier et Stephan Sommier et scientifiquement décrite en 1895, mais recensée parmi d'autres graines en Grande-Bretagne (aux jardins botaniques royaux de Kew) dès 1917, et fut introduite comme plante ornementale dans les jardins britanniques dans la décennie suivante, pour se répandre très vite à l'état sauvage dans une grande partie de l'Europe. Elle a été introduite sur le continent américain en 1917 pour des raisons horticoles et répertoriée pour la première fois au Québec en 1990.

 

Divers

Art nouveau

Cette plante, cadeau de mariage de Louis Guingot de l'École de Nancy en plein mouvement Art nouveau, a été très représentée comme élément décoratif par l'Art Nouveau dans du mobilier, des ferronneries et des papiers peints.

 

Musique

En anglais, la berce du Caucase s'appelle « Giant Hogweed ». En 1971, le groupe de rock progressif anglais Genesis crée un morceau intitulé « The Return Of The Giant Hogweed » qui figure sur l’album Nursery Cryme. Ce morceau décrit très bien l’origine, les dangers, la difficulté d’éliminer cette plante et, dans une vision apocalyptique, la présente comme une menace pour l'espèce humaine.